Le courant pacifiste israélien et ses errements.

Du pacifisme d’inspiration sioniste au militantisme radical anti-israélien

En parcourant les médias, vous serez peut-être amenés à penser que les seuls israéliens favorables à la paix sont ceux qui dérogent à la vulgate anti-israélienne : les pacifistes, auréolés de toutes les vertus et des meilleurs intentions. Des associations comme B’Tselem sont connues pour leur soutien aux Palestiniens et leur dénonciation de l’« occupation ». Si l’intention initiale des pacifistes israéliens était, d’après ce qu’ils annoncent, la défense du sionisme, on peut se demander pourquoi ces mêmes mouvements vont progressivement devenir des militants antisionistes extrêmes, compensant leur faible écho dans la société israélienne par une médiatisation aggressive.

Selon certains militants, c’est le fait de l’« occupation » qui les serait à l’origine de leur engagement contre la présence d’Israel en Cisjordanie. D’autres assurent que c’est par opposition aux religieux qui choisissent de s’établir en Judée et Samarie, et représenteraient ainsi un obstacle à la paix. D’autres enfin considèrent que c’est par simple attachement aux valeurs universelles qu’ils sont devenus antisionistes. Des valeurs qui pourtant conduisent ces groupes militants à soutenir les mouvements radicaux arabes ouvertement judéophobes. Et des valeurs universelles qui s’évanouissent dès qu’il est question de les appliquer à Israel. Comment comprendre cette contradiction ?

Lire la Suite

Le mythe et la réalité… (3)

Le mythe et la réalité… (3)

Comment se construit une propagande ? Réponse en images.

Un enfant palestinien se bat contre des soldats israéliens...fictifs.
Un enfant palestinien se bat contre des soldats israéliens...fictifs.
L'art de la mise en scène: les larmes, le mur...
L'art de la mise en scène: les larmes, le mur...
Le symbole: une visibilité garantie...
Le symbole: une visibilité garantie...
De la neutralité de principe au soutien effectif
De la neutralité de principe au soutien effectif
La manipulation des médias: première règle d'une propagande
La manipulation des médias: première règle d'une propagande
Du journaliste au porte-parole de mouvements radicaux: le journaliste face à l'intimidation
Du journaliste au porte-parole de mouvements radicaux: le journaliste face à l'intimidation

Le mythe et la réalité… (2)

Le mythe et la réalité… (2)

Être enfant à Gaza, c’est être l’objet de toutes les manipulations…

manipulation enfants-1

enfants_propaganda6

enfants_propaganda-2

enfants_propaganda-64

enfants_qassam-alquds_propaganda

Un reportage d’Infolive intitulé « L’école de la haine »: à découvrir ici

Un autre reportage d’Infolive montrant l’usage de civils comme Bouclier humain (human shield): à voir ici

« Pour le peuple palestinien, la mort est devenue une industrie dans laquelle les femmes excellent. Et tous les gens vivant dans ce pays vont de même. C’est pourquoi ils ont formé des boucliers humains de femmes, d’enfants, de vieillards et de combattants (mujahidin). C’est comme s’ils disaient à l’ennemi sioniste: Nous désirons la mort et vous désirez la vie. » Fathi Hamad (hamas)

Le mythe et la réalité… (1)

LE MYTHE ET LA REALITE

On entend exclusivement parler des « victimes » de Gaza depuis que le Hamas  y règne en maître absolu. Mais ce mouvement politique/militaire, quel est-il concrètement? Entre les images diffusées en occident et la réalité du terrain, le fossé est immense. Que signifie donc Hamas pour un habitant de Gaza? Que voit-il au quotidien?

hamas-1

hamas_jihaad

hamas_2

hamas_3

hamas_4

hamas_8

hamas_7

Cet article est le premier d’une série présentant, en images, une autre facette du conflit au Proche-Orient. Nous nous efforçons de proposer des images qui ne sont habituellement pas diffusées dans les médias occidentaux.

L’éthique: clé de voûte de la démocratie israélienne illustrée par Tsahal.

Le code éthique Tsahal

Dans une région où les dictatures militaires, les polices politiques ou la pratique de la torture contre les opposants sont la norme, où le terrorisme, les assassinats, l’emprisonnement arbitraire, et la propagande magnifiant les leaders se côtoient sans honte , le code éthique de Tsahal représente la garantie, non seulement de la survie d’Israel, mais aussi de la réalité démocratique israélienne.

Chez les détracteurs de l’Etat d’Israel, les critères appliqués pour juger Tsahal ne sont jamais les mêmes que ceux appliqués aux régimes voisins ou aux mouvements extrémistes comme le Hezbollah ou le Hamas. On entend quasi exclusivement parler de l’omniprésence de Tsahal, et les accusations de crimes de guerre sont aussi nombreuses qu’infondées. Pourtant, les armées egyptiennes ou le hamas sont-elles soumises à des enquêtes publiques et présentent-elles leurs excuses lorsque des victimes non voulues ont été touchées ? Et il n’est jamais question de l’insurrection armée arabe en Palestine qui choisit délibérement de se servir des civils comme bouclier humain ?

L’expérience historique montre que les pays qui n’obéissent pas à des règles éthiques strictes (pouvoir judiciaire indépendant, hiérarchie militaire dépendant d’un gouvernement élu, élections libres,…) deviennent des dictatures. Là où l’armée n’est pas soumise au pouvoir civile, là où les soldats n’ont pas l’obligation de désobéir à des ordres injustes, là où le pouvoir est confisqué par des cliques militaires, les coups d’Etat se succèdent, les élimitations d’oposant et la terrorisation de la population civile deviennent la norme commune. Si Israel n’est pas devenue une dictature, à l’instar de ses voisins, c’est en raison du principe de responsabilité que chaque soldat ou officier doit assumer.

Lire la Suite

Aux origines de l’antisionisme III- troisième partie

Aux origines de l’antisionisme III

L’antisémitisme musulman – troisième partie


La haine en héritage.

→ La haine antijuive prend dans le monde musulman trois formes : politique, économique et religieuse.

L’antisémitisme politique est superficielle, c’est l’opposition à l’État d’Israël ou au sionisme, c’est-à-dire à la reconnaissance politique de droits civiques à des minorités, associée à la théorie du complot. Cela signifie que le rapport de domination se serait inversé en défaveur du monde musulman et serait illustré dans l’idée que le conflit est mondial. C’est cette dimension que les antisionistes européens veulent retenir (évidemment, ils ne comprennent rien du monde musulman en général, et encore moins des palestiniens…). Elle ne se comprend qu’en référence à la sharya et au statut de dhimmi.

Faire appel aux autorités du savoir pour éduquer le peuple: l'archéologue Zahi Hawass déclare à la TV égyptienne que les juifs contrôle le monde. 11 février 2009
Faire appel aux autorités du savoir pour éduquer le peuple: l'archéologue Zahi Hawass déclare à la TV égyptienne que les Juifs contrôlent le monde. 11 février 2009

Lire la Suite

Aux origines de l’antisionisme III- deuxième partie

Aux origines de l’antisionisme III

L’antisémitisme musulman- deuxième partie

Israel et le monde musulman

L’antijudaïsme, l’antisionisme et l’anti-israélisme adoptent la même phraséologie. Il est vrai que les dirigeants arabes adaptent généralement leurs déclarations à l’horizon d’attente de l’Occident : défense des droits humains et défense des insurrections contre les États, quitte à renoncer en partie ou à toute notion de droits humains…

Que Ahmadinejad passe pour populaire dans le monde arabe n’a rien d’étonnant : il n’est pas le premier, en encore moins le dernier, à faire du projet de destruction de l’État des Juifs un impératif patriotique, religieux et anti-occidental.

theorie-complot_hizbullah-nasrallah_58421

Le 15 mai 1948, Azzam Pacha, Secrétaire général de la Ligue Arabe dit, au Caire à propos de l’invasion de la Palestine mandataire par les armées arabes coalisées :

« Cette guerre sera une guerre d’extermination et un massacre grandiose dont on parlera comme des massacres commis par les Mongols et les Croisés. ».

Lire la Suite

Aux origines de l’antisionisme III- première partie

Aux origines de l’antisionisme. III

L’antisémitisme musulman – première partie

Un mauvais jeu de mots.

Un des lieux communs de l’antisémitisme arabe consiste à dire qu’un arabe étant « sémite », il ne peut se haïr lui-même. Et puis, il prétend que l’antisémitisme serait uniquement européen… Raisonnement fallacieux qui a pour finalité de dédouaner le monde musulman de sa complaisance dans la plus violente judéophobie! Plus précisément, que signifie cette assertion, utilisée par Dalil Boubakeur récemment ?

Lire la Suite

La barrière de sécurité et la Cour Internationale de Justice

En quoi l’avis de la Cour Internationale de Justice

s’est-il avéré contraire aux droits de l’homme ?

À l’occasion de la consultation par les antisionistes, les pays arabes et ennemis d’Israel, de la CIJ concernant la clôture de sécurité, la CIJ a adopté quatre règles d’interprétation de l’autodéfense.

  1. Il n’y a aucun droit à l’autodéfense dès lors que les terroristes n’agissent pas au nom d’un État.

  2. Il n’y a pas droit à l’autodéfense contre des terroristes opérant à partir d’un territoire dont le statut n’est pas défini, donc sans franchissement de frontières établies.

  3. L’action militaire d’autodéfense ne peut avoir lieu que si les attaques teroristes sont équivalentes à une attaque réalisée par des forces armées régulières.

  4. L’autodéfense n’inclut pas les actes non violents.


14/01/07. Les "activistes" du Hamas contrôle le quartier général de la sécurité du Fath à Gazza.
14/01/07. Les "activistes" du Hamas contrôlent le quartier général de la sécurité du Fatah à Gaza.

Lire la Suite

Sionisme et ONU

L’ONU et le sionisme

Une mésentente concertée.

Durban I et la haine antijuive, Durban II à Genève avec le fasciste Ahmadinejad à la tribune, l’interdiction de la critique de la religion musulmane,… Nos médias feignent de découvrir que c’est loin d’être une nouveauté dans les coulisses de l’ONU, et nos dirigeants s’ingénient à faire croire qu’il s’agirait d’un cas isolé, bref que le bateau n’est pas déjà en train de couler…

Ce n’est pas un hasard non plus si les mêmes pays qui veulent interdire la critique des politiques racistes à l’oeuvre dans les pays musulmans sont ceux qui font sans cesse obstacle à la reconnaissance de la judéophobie musulmane. Logique d’intimidation, logique de confrontation.

Et tout cela finit par des formules creuses, des pourcentages truqués, et des déclarations lénifiantes…


Une illégalité factice et une inégalité de fait.

On entend souvent parler d’une prétendue illégalité de l’Etat d’Israel. Entendez par là la mise au ban concertée d’un pays tout aussi légitime qu’un autre. Lire la Suite

Israel: le droit à l’auto-défense et la menace terroriste.

Certains moralistes soutiennent que les risques encourus par Israel rendent l’usage de la force militaire disproportionnée (variante: face aux chars israéliens, les enfants armés de pierre). Ce qui est tout simplement tendancieux (→ voir)

D’autres ne s’embarassent pas de considérations pseudo-morales et déclarent sans ambages que les menaces contre l’existence même d’Israel sont imaginaires. La preuve du contraire :

Lire la Suite

Réfugiés arabes, réfugiés juifs… (1)

Les « réfugiés » arabes : une invention ?...

Nous sommes depuis des années inondés par le flot ininterrompu de la litanie du malheur des « palestiniens » (comme s’il n’y avait pas dans le monde des situations autrement plus tragique et désespérées…) et par la non moins sempiternelle plainte venant des éternels réfugiés arabes (comme s’il n’était pas entretenu artificiellement par le monde arabe…).

Réfugiés, dites-vous ? Ceux qui ont parcouru parfois quelques kilomètres pour rejoindre les zones occupées par la Légion arabe en attendant la « libération » de la Palestine en 1948-49 ? Si l’on suit avec précision la définition du statut de réfugié de l’ONU, plus de soixante ans après, il ne devrait plus y en avoir beaucoup, leur descendants étant légalement exclu de ce statut. Et bien non, les statistiques augmentent à mesure que leur nombre réel diminue, c’est surtout un moyen de perpétuer le sursis du pays refuge des Juifs.

Déplacés, alors ? Immigrés ? Ré-émigrés ? Les termes sont polémiques, mais dans tous les cas, le mot « réfugié » n’est adéquat que dans le cas des Arabes et des Juifs ayant été forcés de quitter leur domicile et leur travail d’une expulsion ou de la guerre. Une responsabilité partagée, donc. Mais le « réfugié palestinien » dispose d’un statut à part : il doit rester ad vitam eternam un réfugié, mais un réfugié qui n’exige pas une compensation ou un retour à la vie normale. Qu’il soit interdit de dizaines de professions et interdit de liberté de domicile au Liban ne soulève aucune indignation chez les défenseurs des « réfugiés ». On ne lui demande pas de vivre comme il l’entend. C’est un réfugié utile. Une arme stratégique. Un réfugié qui vit à la charge des Nations Unies (et de son principal bailleur de fonds, les USA) et qui réclame l’expulsion des juifs.

En clair, un pseudo-réfugié qui veut voir des réfugiés (tels que les sépharades expulsés du monde arabe) devenir de véritables sans-refuge…

Réfugiés juifs fuyant la Judée occupée par la Légion arabe. 1948
Réfugiés juifs fuyant la Judée occupée par la Légion arabe. 1948

Lire la Suite

Jerusalem 1948: l’expulsion des Juifs par les troupes arabes

1948-a_-rabbi-sepharade-tentant-de-negocier-la-reddition-des-juifs-de-jerusalem_-juin-48
Un Rabbi sépharade de Jerusalem supplie de négocier le départ des Juifs dans les parties occupées par la Légion arabe
1948-b_-deux-rabbins-attendant-une-audience-aupres-des-autorites-militaires-arabes-pour-obtenir-la-survie-des-juifs-de-jerusalem
Dans l'attente d'une audience aurpès des autorités militaires arabes à Jérusalem
1948-c_-prisonniers-juifs-escortes-par-des-troupes-arabes-avant-leur-jugement_-juin-48
Prisonniers juifs escortés par les troupes arabes avant leur jugement
1948-d_-prisonniers-juifs-dans-lattente-de-leur-sentence
Prisonniers juifs dans l'attente du verdict
1948-e_-employes-de-la-croix-rouge-aidant-les-refugies-juifs_-jerusalem_-j-phillips
Des employées de la Croix Rouge aident les réfugiés juifs
1948-f_-familles-juives-attendant-devant-leurs-maisons-leur-evacuation-_juin-48
Familles juives attendant devant leurs maisons leur évacuation
La même rue mise à sac par les arabes
La même rue mise à sac par les arabes
1948-h_-incendie-des-quartiers-juifs-de-jerusalem-par-les-troupes-arabes_-le-regard-effraye-de-rachel-levy-7-ans-_28-mai-1948_-photo-john-phillips
Incendie des quartiers juifs par les troupes arabes. Au premier plan, la petite Rachel Levy, 7 ans.
1948-i_-les-destructions-causees-par-les-troupes-arabes-provoquent-la-fuite-des-juifs-de-jerusalem-par-la-porte-de-sion-_juin-48
Les destructions causées par les troupes arabes provoquent la fuite des Juifs de Jérusalem par la Porte de Sion
1948-j_-familles-juives-expulsees-de-jerusalem-_juin-48
Familles juives expulsées de Jerusalem
1948-k_-expulsion-des-habitants-juifs-de-jerusalem-occupee-par-la-legion-arabe_-juin48
L'expulsion des habitants juifs menée par les soldats de la Légion arabe

1948-l_-refugies-juifs-fuyant-jerusalem_-jphillips
Réfugiés juifs de Jérusalem
1948-m_-destruction-du-quartier-juif-de-jerusalem-a-la-dynamite
La destruction des quartiers juifs de Jerusalem à la dynamite lors de l'annexion de Jerusalem par la Légion arabe
1948-n_-destruction-du-quartier-juif-a-la-dynamite-21
La destruction des quartiers juifs de Jerusalem
Photos John Phlilips, Jérusalem, juin 1948 (photo représentant Rachel Lévy, 28 mai 1948)

MASHAV: Centre International de Coopération-Israel

mashav-logo

Israel n’est pas uniquement le foyer refuge du peuple juif. Le sionisme est également indissociablement un projet de partage spirituel et scientifique.

Le temps de la liberté, le temps des épreuves

Dès l’indépendance, confrontés au manque de ressources naturelles, et à un partage inégal des terres (le désert du Neguev constitue une grande partie du territorie alloué à Israel), les dirigeants israéliens ont décidé de faire du développement scientifique et technologique un des fondements de la reconstruction du pays après la guerre et les souffrances que les Juifs venaient de subir.

Pour David Ben Gourion,

« les principes d’aide mutuelle et d’équité devraient être le socle de toutes les relations internationales entre les peuples et doivent être la base de la solidarité entre tous les êtres humains, solidarité fraternelle dans tous les aspects de la vie, notamment sociale, scientifique, économique. »

La création de MASHAV

Au moment où les pays africains commencent à acquérir leur indépendance, il est clair que le modèle israélien de développement social, agricole, scientifique et humain peut aider les jeunes nations africaines à faire face aux défis posés par les problèmes de la santé, de l’éducation, de la malnutrition. À peine libérés du joug colonial, ces pays font face à l’impératif d’améliorer la qualité de vie des habitants de façon autonome et indépendante, à l’image du développement israélien. C’est à la suite de visites en Afrique de Golda Meir en 1958 que le Centre de Coopération Internationale (abrévié en hébreu en MASHAV) est créé.

Lire la Suite

Antisémitisme ou antisionisme ? (1)

Les antisionistes qualifient habituellement le vocable antisémitisme de manipulation. La différence, prétendûment fondamentale, serait que l’un s’adresse aux juifs, l’autre aux sionistes. Certes, on peut très bien être juif sans être sioniste, de la même façon que l’on peut être musulman sans être démocrate. Le problème étant que pour être sioniste ou faire son aliyah (et ainsi entrer dans la catégorie infamante et imaginaire de colons) il faut bien être juif et que l’État d’Israël est un État juif, comme un État palestinien serait musulman. Donc l’antisionisme s’en prendrait aux juifs en tant que sionistes et non aux sionistes en tant que juifs. Un tel raisonnement me rend sceptique à plus d’un titre. Lire la Suite