Aux origines de l’antisionisme III

L’antisémitisme musulman – troisième partie


La haine en héritage.

→ La haine antijuive prend dans le monde musulman trois formes : politique, économique et religieuse.

L’antisémitisme politique est superficielle, c’est l’opposition à l’État d’Israël ou au sionisme, c’est-à-dire à la reconnaissance politique de droits civiques à des minorités, associée à la théorie du complot. Cela signifie que le rapport de domination se serait inversé en défaveur du monde musulman et serait illustré dans l’idée que le conflit est mondial. C’est cette dimension que les antisionistes européens veulent retenir (évidemment, ils ne comprennent rien du monde musulman en général, et encore moins des palestiniens…). Elle ne se comprend qu’en référence à la sharya et au statut de dhimmi.

Faire appel aux autorités du savoir pour éduquer le peuple: l'archéologue Zahi Hawass déclare à la TV égyptienne que les juifs contrôle le monde. 11 février 2009
Faire appel aux autorités du savoir pour éduquer le peuple: l'archéologue Zahi Hawass déclare à la TV égyptienne que les Juifs contrôlent le monde. 11 février 2009

L’antisémitisme économique est parfois relayé par les antisionistes sous une forme rationalisée, celle du boycott anti-israélien. En revanche, dans le monde arabe, les accords économiques, comme ceux liant Israel à l’Égypte, ne sont qu’un changement de tactique des sionistes, ou, en d’autres termes, la transposition de la supériorité militaire israélienne dans le champ économique. Le progrès économique promis par Shimon Peres dans son livre Le nouveau Proche-Orient, ou proposé par Binyamin Netanyahu est perçu comme un subjuguation économique visant à la subversion du monde musulman.

Ainsi, la presse égyptienne se fait régulièrement le porte-parole d’accusations délirantes de vente aux paysans égyptiens de graines contaminées ou d’autres produits (que les israéliens utilisent eux-mêmes…), visant à miner la société égyptienne de l’intérieur. Le tout absurde, du point de vue rationnel, ne prend sens que si l’on accepte de voir combien le monde arabo-musulman est convaincu du fantasme de la domination juive mondiale (dont les Protocoles des sages de sion sont censés fournir la source). Ces théories du complot juif prenant possession du monde musulman trouvent un écho partout dans le monde musulman. En Turquie, les Juifs seront accusés du déclin de l’empire ottoman, en Syrie, les Juifs sont accusés d’être à l’origine des divisions dans l’islam, en Égypte, les Juifs sont accusés de diffuser des maladies affectant la fertilité…

Autant de fantasmes qui manifestent clairement un phénomène compensatoire. L’histoire classique islamique étant orientée par l’extension illimitée de l’islam, son recul politique et son immobilisme culturel heurtent violemment le récit théologisé de l’histoire globale. L’échec est réinvestie sous la forme d’une menace extrême ayant pour but rien moins que la destruction du monde islamique ou arabe.

■ C’est pour ces raisons que la haine anti-juive d’origine religieuse forme le socle des deux autres dimensions. La formulation islamique de la haine est d’une efficacité redoutable. Conçue comme une idéologie militante dans laquelle chacun participe à la défense du tout (l’umma), elle offre une source de légitimité constante pour les Musulmans (dans le Coran et les hadiths), tout en utilisant une rhétorique émotionnellement familière et profondément enracinée.

Dans les déclarations destinées au monde arabe (et non les discours édulcorés à double lecture que les médias et dirigeants arabes donnent à lire en occident), il n’y a plus de sioniste, plus d’israélien, mais le Juif, synthèse de tous les vices. La convergence avec l’antisémitisme racial européen est flagrante, et la judéophobie arabe emprunte souvent à l’iconographie européenne la caricature du Juif sanguinaire (comme ce fut le cas de Ariel Sharon).

am_judeophobia

La combinaison de ces trois motifs conduit à une réécriture de l’historie particulièrement inquiétante et porteuse de haine future.

Les Juifs disparaissent ainsi totalement de l’histoire de l’Orient, en évinçant plus de 2 500 ans d’histoire antique (entre les Cananéens et la conquête islamique). C’est par exemple le cas du Musée historique d’Amman en Jordanie qui « omet » la présence des Juifs dans la région. Pour tenter de paraître, des théories sans fondements annoncent que les Juifs sont un peuple caucasien (les Khazars, dont seuls les élites s’étaient convertis au judaïsme), omettant à nouveau le fait principal: la proximité de l’arabe de l’hébreu, qui, jusqu’à preuve du contraire, n’est pas une langage caucasienne…

Plus grave encore, la réécriture de l’histoire a pour finalité la déshumanisation totale des Juifs. Cela passe par la négation de l’Holocauste, comme en témoigne le succès de Garaudy dans le monde arabe ou en Iran, qui s’associe à la thématique du complot mondial juif (la Shoah comme mensonge pour extorquer la Palestine). Il s’agit de gommer tout ce qui pourrait éveiller une compassion pour les Juifs et susciter leur respect.

Significativement, le film La Liste de Schindler a ainsi été officiellement interdit dans le monde arabe… Pire, les Juifs sont présentés à l’inverse comme collaborateurs et/ou inspirateurs et/ou héritiers des nazis. La complaisance avec laquelle les médias se sont adonnés à la haine antijuive sous la forme de l’identification des sionistes aux nazis occulte l’ensemble des admirateurs arabes du Troisième Reich, du mufti de Jerusalem alHusseyni aux chemises d’acier dans lesquelles un certain Nasser fit ses premières armes militantes…

Le député égyptien Ragabh AlHamidah déclare sur alNas TV que Hitler n'a agi contre les Juifs qu'en légitime défense. 27 mars 2009
Le député égyptien Ragabh AlHamidah déclare sur alNas TV que Hitler n'a agi contre les Juifs qu'en légitime défense. 27 mars 2009

La déshumanisation doit être totale. Le 15 novembre 1996, dans le journal alAhd, le porte-parole du Hezbollah déclara:

« Le film le Jour de l’indépendance présente et met en valeur les Juifs comme un peuple très humain. Ce sont des images fausses diffusées à leur sujet. »

Il est enfin éloquent que les seules livres sur Israel ou traduits de l’hébreu soient des ouvrages antisémites (sur les protocoles, sur le crime rituel, sur le complot juif mondial, sans aucun correctif…) des ouvrages anti-israéliens (révisionnistes antisionistes, fantasmes sur l’espionnage israélien,…) ou des ouvrages négationnistes ou d’apologie du nazisme. Mais rien ne permet à un citoyen syrien ou égyptien de s’intéresser librement sur le judaïsme, son histoire ou la religion. Plus qu’une censure, il s’agit d’un conditionnement visant à rendre la haine, non seulement justifiée, mais à l’inciter en présentant toute réalisation génocidaire comme condition personnelle de survie.

L'universitaire Ahmad Hammad précise aux téléspectateurs irakiens: ce qu'Hitler a fait aux Juifs est un détail, en aucun cas ce sont des massacres. Al Rafideyn TV. 24 janvier 2009
L'universitaire Ahmad Hammad précise aux téléspectateurs irakiens: ce qu'Hitler a fait aux Juifs est un détail, en aucun cas ce sont des massacres. Al Rafideyn TV. 24 janvier 2009

Plutôt que de recenser les passages du Coran ou des hadiths relatifs aux Juifs, nous pensons que leur interprétation relève de la responsabilité de chaque Musulman. Que ces mêmes passages servent de base à une propagande et à un imaginaire judéophobe est un fait. Cela ne veut pas dire que tous les Arabes ou tous les Musulmans seraient judéophobes, de même que tous les Allemands n’étaient pas des nazis. Cependant, dans les deux cas, la diffusion de l’antisémitisme se fait avec l’assentiment -même tacite- de la majorité. Par conviction, par crainte, par indifférence, par hostilité assumée ou non.

L’antisémitisme dans les pays arabo-musulmans est complexe dans la mesure où ils associe des éléments spécifiques à l’Europe (la dimension raciale et l’iconographie) et des éléments propres à la culture islamique. Cette difficulté à distinguer les deux conduit à une confusion qui laisse la place à tous les amalgames, où chacun croit trouver son compte.

Les antisionistes de gauche ont la conviction de lire dans la situation des Arabes de Palestine l’illustration de leurs théories et ne perçoivent que la dimension politique de la haine antijuive. Ce qui explique aussi la dimension réactionnaire de l’antisionisme: le ressentiment des Palestiniens serait proportionnel aux souffrances endurées.

Or, dès les premières tentatives d’expliquer ‒de justifier‒ l’antisémitisme arabe (comme réaction de défense) on discerne sans faute les premiers linéaments d’une haine raciste. Les faits sont rapidement déformés, les présentations tronquées, et les généralisations abusives forment le corps d’un système où tout élément juif/sioniste/israélien est démonisé. Que les choses soient claires, ce n’est plus de la critique d’un pays, c’est du mensonge. Et c’est là que se révèle l’ambivalence de l’antisionisme. Revendiquant la liberté d’expression comme source de la critique, elle se fait l’interprète et le relais d’une propagande xénophobe en feignant de l’ignorer.

am_muslim_antisemitism

Certains pragmatiques disent qu’Israel doit se modérer (en quel sens? Je serais curieux de l’apprendre…) afin d’encourager les modérés arabes. Pourtant, comme l’a déclaré Arafat, l’année 2000 a marqué le début de la reconquête définitive, ou, an termes plus explicites, l’éradication d’Israel. Que peut bien signifier la modération ?

Il n’y a pas d’intermédiaire entre la haine et le dialogue, entre la guerre acharnée et la volonté de paix.

Il y a un fait, le droit inaliénable des Juifs de vivre selon leur propre choix en Israel. Il est reconnu, ou bien, il ne l’est pas. Un récent sondage annonçait que près de 20% de Palestiniens accepteraient de vivre en coexistence avec un État juif.

Mais avant qu’une majorité ne se dessine, le chemin est encore long à parcourir dans la voie de l’écoute de l’autre et de la paix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s