Un blog ? et pourquoi pas…

Le blog « à contre courant » fête son 50ème article en un peu près 2 mois d’existence.

Je tiens tout d’abord à remercier tous ceux qui sont venus, et plus particulièrement, vous remercier pour les chaleureux encouragements qui m’ont été prodigués.

L’entreprise représente un défi personnel. Décidée en dehors de tout engagement professionnel, la création de ce blog personnel répond à une finalité, celle de partager les recherches que j’ai effectuées depuis quelques années déjà dans le domaine des médias ou de l’antisémitisme.

Lire la Suite

Les racines du sionisme : 2-sionisme et judaisme

2- Les précurseurs du sionisme :

l’ancrage du sionisme dans la tradition juive.

Si je ne suis pas pour moi, qui le sera ? Et quand je suis pour moi seul, que suis-je ? Et si ce n’est pas maintenant, quand ce sera-t-il ? Pirke Avot, 1,14.

Certains croient que le sionisme est le l’œuvre d’un seul homme, Theodor Herzl, auteur de l’Etat pour les Juifs (der Judenstaat). D’autres disent également que le sionisme n’aurait rien à voir avec la religion juive, croyant dissimuler ainsi leur haine des Juifs.

Qu’en est-il réellement ? Le sionisme est-il une invention moderne ? Est-il vraiment concevable sans ses racines juives ?

Lire la Suite

Shmuel Trigano: « La reconnaissance des victimes de la Shoah dans les Juifs justifie la condamnation des Juifs comme sujet souverain de l’histoire. »

Cet article reprend un extrait d’un article de Shmuel Trigano. Il m’a paru essentiel sur deux points:

  1. Il formule de façon limpide les enjeux de la relation entre reconnaissance de la Shoah et identité juive moderne : sous la forme d’une équation dangereuse : statut ontologique victimaire contre effacement de l’histoire (constatez par vous-mêmes, la plupart des antisionistes seront les plus zélés à dire qu’il ne faut pas nier la shoah…pour mieux mettre en équivalence la réelle souffrance juive, tsigane,… durant l’holocauste et la propagande palestinienne).
  2. Il montre clairement les impasses du devoir de mémoire et le leurre que peut constituer l’institutionalisation de l’Holocauste (comme l’enseignement de la Shoah prôné par le faux ami d’Israel le président Sarkozy), pour finalement aboutir à une négation de la judéité comme peuple vivant.

Un article de grande qualité à méditer !

Lire la Suite

Le Golan: de l’histoire à la géostratégie

LE GOLAN : UN ENJEU STRATEGIQUE

Le Golan clé de la paix avec la Syrie ? Simple application de la résolution 242 de 1967 ? Même si le Golan est israélien depuis plus longtemps qu’il n’a été syrien ? Même si les 21 000 israéliens juifs et les 19 000 druzes israéliens partagent les mêmes droits et les mêmes devoirs depuis plus de 40 ans ?

Pour mieux comprendre les enjeux de la question, nous allons nous intéresser à la seule situation géographique du Golan, en abordant plus précisément le cas de deux villes : Qyriat Shmona et Tiberias.

Et plutôt que de faire parler l’histoire, les dates ou les idéologies, lisons ce que disent les monts et les collines ! Du moins virtuellement :

Lire la Suite

Le terrorisme anti-israélien: persistance et continuités (3)

Le phénomène terroriste ne peut être réduit à une confrontation entre idéologies. Comme le soulignait le penseur allemand Kant dès la fin du XVIIIe, il arrive souvent qu’en théorie tout semble limpide, mais qu’en pratique, cela ne fonctionne pas. La diversité des points de vue, la complexité des contextes politiques, culturels ou sociaux, ou l’acceptation de la différence ont tendance à abandonner le terrain face aux réductions intempestives, que nous assènent les médias.

Le terrorisme a pour but la déshumanisation des individus visés. Il n’est pas une réaction face à une situation ressentie comme injuste, il est ô combien impératif de le rappeler dans une époque de raidissement des idéologies et de banalisation de la violence, ce que Hannah Arendt aurait appelé la banalisation du mal, c’est-à-dire la perte du sentiment de révolte face à l’injustice subie par son prochain. C’est la suspension radicale du principe de réciprocité.

A un non-juif qui souhaitait se convertir et apprendre la Loi rapidement, Hillel répondit: Ne fais pas à ton prochain ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse. Tout le reste n’est que commentaire. (Traité Shabbat 31a).

« Ces gens qui se font sauter, le font pour des raisons qu’un être humain normal ne peut comprendre. Qui peut comprendre que vous tuez des femmes et des enfants pour rien ? »

Lire la Suite

Le terrorisme anti-israélien: persistance et continuités (2)

On entend souvent qu’Israel -les Juifs, ou les sionistes- devraient être exemplaires, ou, plutôt, devraient être plus exemplaires, plus patients, plus magnanimes, plus modérés… que leurs adversaires, qui ne prônent rien d’autre que la soumission et la destruction du peuple juif.

Ce statut à part serait, dit-on, le résultat du sacerdoce éternel que les Juifs doivent assumer: le peuple élu par D. pour porter la charge des 613 commandements. Ces mêmes principes d’essence religieuse qui fondent le sionisme. Si l’on accorde au peuple juif un statut à part, pourquoi ne pas lui associer son corollaire, à savoir son retour sur sa terre ? Si le peuple juif doit être exemplaire, pourquoi ne pas reconnaître qu’il est aussi cible constante du terrorisme depuis la restauration de la souveraineté juive qui participe de son exemplarité en tant que peuple élu pour porter les 613 mitsvot ? Devrait-il au nom de cette exemplarité oublier le sort des victimes et accorder aux assassins une légitimité qui ne saurait être accordée à quiconque ?

On entend souvent, également, qu’Israel -les Juifs, ou les sionistes- sont un peuple comme les autres, qu’il n’a pas plus de droit qu’un autre, et que finalement, la plupart des Juifs ne sont pas pratiquant et ne croient donc même pas à la promesse de D., donc celle de la terre d’Israel. Ceux qui invoquent ce principe de réciprocité, pourquoi ne l’appliquent-ils pas aussi à Israel dans son droit à l’existence et à la défense ?

Parce que le peuple juif devrait être exemplaire? Dans ce cas, laissez-le être exemplaire sur sa terre! Non? Parce que le peuple juif n’a pas plus de droit que d’autres sur cette terre, dites-vous? Alors accordez lui l’égalité que vous revendiquez pour d’autres!

Lire la Suite

Le terrorisme anti-israélien: persistance et continuités (1)

Le sens de la légitime défense.

Le terrorisme consiste à cibler les habitants d’un pays de façon aléatoire et brutale dans le but d’obtenir un objectif psychologique, et non politique. Le terrorisme n’est pas une arme de guerre, il ne se justifie par rien, c’est uniquement un projet de destruction morale que le terroriste cherche à obtenir par l’assassinat indifférencié, injuste, atroce et répété.

Des fedayin armés par l’Egypte, la Syrie ou la Jordanie, à l’industrie de l’attentat (financement des familles de kamikazes, revente organisée des denrées livrées gratuitement pour les civils palestiniens par l’UNRWA,…), le terrorisme antijuif s’est, en soixante ans, contenté de modifier son discours de propagande : de la « reconquête » à la lutte contre l’ « occupation », seuls les mots (et les armes) ont changé, mais pas le projet, cette même constance dans la volonté de terroriser la population israélienne, les Juifs, principale cible, mais aussi les Arabes.

Une réalité que les jugeurs à gage ou les pseudo- défenseurs de « droits » de l’homme partiaux ne cessent à dessein de nier.

Le décompte des victimes (ne sont pas recensées les attaques anti-juives hors d’Israel, et certaines années, les données sont parcellaires, ce qui signifie que les attaques recensées dans cette liste sont toujours moins nombreuses qu’en réalité), ce décompte n’est pas une fin en soi.

Il a un intérêt historique : se faire une idée de l’intensité des attaques anti-israéliennes depuis l’indépendance.

Il a une raison d’être : l’oubli constant de toutes ces victimes au marché de la mauvaise conscience.

Et il a un but : montrer ce que signifie la légitime défense.

Nous espérons ainsi rappeler qu’il n’y a pas de jugement unilatéral valable : contrairement à ce que les médias laissent entendre, Israel ne pratique pas le terrorisme, Israel subit le terrorisme.

Cette réalité, se compte en milliers de victimes et de blessés.

Que D. leur accorde la paix.

Lire la Suite

A l’école de la haine: médias, islam et judéophobie..

Cet article vient en complément de la série portant sur les origines de l’antisionisme., et en particulier la judéophobie musulmane (lire ici)

Apologie du meurtre des Juifs, haine ethnique et religieuse, mensonges, grossières approximations historiques, calomnies, théologisation de l’histoire, négationnisme, appel au meurtre et au génocide, réécriture de l’histoire, contre-vérités et last but not least indistinction entre judaïsme et sionisme (bien loin  de la phraséologie antisioniste…), que les « antisionistes » voudrait nous vendre pour des rêveries humanitaires de quelques érudits modérés qui se revendiquent comme détenteur du message islamique (Qur’an, Hadith…)…

Si les Juifs quittent la Palestine pour nous, est-ce que nous commencerons à les aimer ? Bien sûr que non. Jamais nous les aimerons. Absolument jamais. Les Juifs sont des infidèles, pas parce que je le dis, pas parce qu’ils tuent des Musulmans, mais parce que Allah a dit: « Les juifs disent qu’Uzair est le fils d’Allah, et les Chrétiens disent que le Christ est le fils d’Allah. » Ce sont leurs propres mots. Ils imitent les dires des mécréants avant eux. Qu’Allah les combatte. A quel point ils sont dans l’erreur. C’est Allah qui dit qu’ils sont infidèles.

Votre croyance, concernant les Juifs, devrait être basée, en premier, sur le fait qu’ils sont infidèles, et en second qu’ils sont des ennemis. Ils ne sont pas des ennemis parce qu’ils occupent la Palestine. Ils auraient quand même été nos ennemis s’ils n’avaient rien occupé. Allah a dit: « Vous trouverez les hommes les plus forts pour être hostiles aux incroyants, qui sont les Juifs et les polythéistes. » En troisième lieu, il faut croire que les Juifs ne cesseront jamais de nous combattre et de nous tuer. Ils ne se battent pas pour la terre ou la sécurité, comme ils l’affirment, mais pour leur religion: « Ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à ce qu’ils vous éloignent de la religio, s’ils y parviennent. » C’est exactement cela. Nous devons croire que notre combat contre les Juifs est éternel. Et il ne cessera pas avant l’ultime bataille, et c’est le quatrième point, nous devons croire que nous les combattrons, les vaincront et les annihileront tant qu’un seul Juif vivra sur terre. Ce n’est pas moi qui le dit, le Prophète a dit: « Le Jugement Dernier ne viendra tant que vous n’avez combattu et tué les Juifs. Les Juifs se  cacheront derrière les rochers et les arbres et les rochers et les arbers diront: O Musulman serviteur d’Allah, il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens le tuer, à l’exception de l’arbre de Ghardaq qui est l’arbre des Juifs. » On m’a dit que de nos jours ils plantent beaucoup de ces arbres.

En ce qui vous concerne, vous les Juifs -que la malédiction d’Allah soit sur vous-, la malédiction d’ Allah sur vous, dont les ancêtres sont des singes et des porcs, vous avez instillé la haine dans nos coeurs, et nous l’avons léguée à nos enfants et à nos petit-enfants, vous ne survivrez pas tant qu’un seul d’entre nous demeure. O Juifs, que la malédiction d’Allah soit sur vous, O Allah, que ta colère, ta punition et tes tourments s’abattent sur eux, Allah, nous prions pour qu’ils soient transformés à nouveau et que les Musulmans se réjouissent à nouveau de les voir transformés en singes et en porcs. Vous êtes les porcs de la terre. Vous tuez les Musulmans avec ce sang froid de porc [qui coule dans vos veines] .

Lire la Suite

Daniel Pipes

Spécialiste reconnu du Proche-Orient, Daniel Pipes fait parti des (trop rares) intellectuels à choisir la voie difficile de l’esprit critique (du grec krinein, juger, faire preuve d’esprit de jugement), et à récuser l’esprit de soumission qu’illustrent de (trop nombreux) intellectuels auto-proclamés.

logo d-p_01

Ancien diplômé (et enseignant) d’Harvard, Daniel Pipes s’est fait connaître par ses prises de position critiques à l’égard d’un monde arabe qu’il connaît pour y avoir vécu (Egypte), à la différence de bien des faiseurs de vérité qui n’ont guère franchi l’hoziron de leur préjugés.

Lire la Suite

Le site iran-resist

Dire et informer, c’est aussi une forme de résistance, qui demande parfois plus d’engagement et de détermination qu’une lutte exclusivement armée. Elle peut être aussi le pendant d’une résistance armée comme celle que mènent les Mujahidin du Peuple, mouvement d’opposition au régime khomeyniste d’Iran, à l’instar de Iran-Resist.

Le site d’information Iran-Resist. est utile pour qui souhaite aller au-delà des a priori médiatiques sur l’Iran et au-delà des non-dits qui entourent généralement la politique iranienne.

logo iran resist

Résister, c’est aussi prendre parti, à tort ou à raison. Certaines méthodes ou certains avis proposés par Iran-Resist peuvent manquer de nuances. On peut s’interroger sur les présupposés de telle ou telle prise de position. Disons que l’enjeu de l’article n’est pas là, même si le débat existe.

Il reste que ce site permet de multiplier les sources d’information francophones, et participe d’une diversité de points de vue sur l’Iran des ayatollahs. C’est ce qui m’a paru important, c’est que ce site peut être à son tour le point de départ d’autres recherches pour comprendre la réalité de ce pays (et non reproduire les fantasmagories des dirigeants et des médias occidentaux).

Le débat reste ouvert pour savoir si un mouvement de résistance représente le peuple plus ou moins qu’un gouvernement, et, également, qui représente le plus justement la diversité des peuples de ce pays stratégique, entre l’Iran, création moderne, et la culture persane, dotée d’une riche histoire.

Lire la Suite

Antisémitisme et antisionisme du web.

antisémitisme et antisionisme du web

Bien souvent, j’entends dire que les Juifs exagèrent la haine à leur encontre… Et la multiplicté des sites internet antijuifs qui présentent les juifs/sionistes comme des êtres hostiles et néfastes ne parvient pas à  les convaincre de la réalité de la judéophobie.

Pire encore, qu’ils ne soient même pas en mesure de déconstruire pareilles inepties est significatif de leur réceptivité aux idéologies totalitaires.

Il reste à faire le choix de l’information et de la réinformation.

A cet égard, je vous invite à découvrir un site : antisémitisme et antisionisme du web.

Il prend le parti de faire la lumière sur les nombreux dévoiements du web qui diffusent et alimentent la haine contre Israel ou le peuple juif. Et il permet de rappeler, par des exemples concrets, que antisionisme et antisémitisme ne sont que deux facettes de la même haine.