Le sens de la légitime défense.

Le terrorisme consiste à cibler les habitants d’un pays de façon aléatoire et brutale dans le but d’obtenir un objectif psychologique, et non politique. Le terrorisme n’est pas une arme de guerre, il ne se justifie par rien, c’est uniquement un projet de destruction morale que le terroriste cherche à obtenir par l’assassinat indifférencié, injuste, atroce et répété.

Des fedayin armés par l’Egypte, la Syrie ou la Jordanie, à l’industrie de l’attentat (financement des familles de kamikazes, revente organisée des denrées livrées gratuitement pour les civils palestiniens par l’UNRWA,…), le terrorisme antijuif s’est, en soixante ans, contenté de modifier son discours de propagande : de la « reconquête » à la lutte contre l’ « occupation », seuls les mots (et les armes) ont changé, mais pas le projet, cette même constance dans la volonté de terroriser la population israélienne, les Juifs, principale cible, mais aussi les Arabes.

Une réalité que les jugeurs à gage ou les pseudo- défenseurs de « droits » de l’homme partiaux ne cessent à dessein de nier.

Le décompte des victimes (ne sont pas recensées les attaques anti-juives hors d’Israel, et certaines années, les données sont parcellaires, ce qui signifie que les attaques recensées dans cette liste sont toujours moins nombreuses qu’en réalité), ce décompte n’est pas une fin en soi.

Il a un intérêt historique : se faire une idée de l’intensité des attaques anti-israéliennes depuis l’indépendance.

Il a une raison d’être : l’oubli constant de toutes ces victimes au marché de la mauvaise conscience.

Et il a un but : montrer ce que signifie la légitime défense.

Nous espérons ainsi rappeler qu’il n’y a pas de jugement unilatéral valable : contrairement à ce que les médias laissent entendre, Israel ne pratique pas le terrorisme, Israel subit le terrorisme.

Cette réalité, se compte en milliers de victimes et de blessés.

Que D. leur accorde la paix.

(c’est à la suite de Yom haZikaron que l’idée d’un article attestant de la réalité (sans cesse contestée) du terrorisme anti-israélien est venu. Une façon aussi de dire que l’on se souvient de tous ceux qui ont eu le malheur de vivre, ou de passer dans ces lieux cibles des terroristes)

▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪

Les trente premières années de l’Etat d’Israel

1952

1er janvier 1952: Jerusalem: un fedayin prend d’assaut une maison et assassine un de ses habitants.

1953

7 juin 1953: Jerusalem: attaque 1 mort et 3 blessés.

9 juin 1953: Lod: 1 mort.

11 juin 1953: Kfar Hess: assassinat à la grenade d’une femme et de son marsi.

29 août 1953: Jordanie: 5 israéliens sont assassinés pas des soldats alors qu’ils visitaient Petra.

13 octobre 1953: Yehud: une mère et ses deux enfants sont assassiné par des fedayin infiltrés de Jordanie.

14 octobre 1953: l’unité 101 fondée le 28 août 1953 afin d’attaquer les fedayin dans leur terrain, prend d’assaut la base de Qibia en Samarsie où se retranchent les fedayin avec des civils. 70 morts. Cette action sera contestée en Israel et fera débat sur l’usage de la force face à des ennemis se servant de civils comme boucliers humains.

1954

17 mars 1954: attaque fedayin d’un autobus reliant Eilat à Tel Aviv: 15 morts et des dizaines de blessés.

170354_attaque terroriste par fedayin

19 juin 1954: Mevo Betar: assassinat d’une femme par des fedayin.

1955

2 janvier 1955: assassinat de deux civils en vacances dans le désert de Judée.

24 mars 1955: Attaque à la grenade lors d’un marsiage à Patish: 1 mort et 18 blessés.

28 février 1955: opération « flèche noire » en Egypte (Gaza) pour mettre fin aux infiltrations terroristes.

02 novembre 1955: opération « volcan » dans le Neguev où une base de fedayin s’est installée.

11 décembre 1955: opération « feuille d’olivier » contre la Syrie et ses bombardements des cibles civiles.

1956

7 avril 1956: Ashqelon: attaque à la grenade contre une maison.

7 avril 1956: Mishmars haNeguev: 2 morts dans une embuscade.

7 avril 1956: Nitsanim et Ketsiot: attaque à la grenade et fusillade contre des maisons 1 mort et 4 blessés.

11 avril 1956: Shafrir: 3 enfants en prière assassinés dans la synagogue, et 5 blessés.

29 avril 1956: près de Nahal Oz: enlèvement, torture puis assassinat de Roy Rothenberg par des soldats egyptiens.

10 septembre 1956: assassinat de 7 soldats dans le sud de la judée par des tirs d’artillerie infiltrée.

12 septembre 1956: Arava: attaque contre des gardes druzes: 3 morts.

23 septembre 1956: Ramat Rakhel: assassinats par les fedayin jordaniens lors d’un congrès d’archéologues: 4 morts et 19 blessés.

24 septembre 1956: Aminadav: un paysan juif assassiné.

4 octobre 1956: Sdom: Attaque de fadayin faisant 5 victimes.

9 octobre 1956: Neve Hadassah: 2 paysans assassinés.

29 octobre 1956: Kfar Qassem: 43 morts lors d’une opération dont les instructions n’ont pas été suivie. Le commandant de l’unité sera condamné pour meurtre à la réclusion.

8 novembre 1956: Attaques en plusieurs endroits contre un train, des voitures et des maisons faisant 6 blessés.

1957

18 février 1957: Nir Yitshaq 1 tués par l’explosion d’une mine.

8 mars 1957: Beit Govrin: assassinat d’un paysan.

16 avril 1957: Mesilot: 2 gardes tués lors d’une attaque de fedayin.

20 mai 1957: Arava: 1 routier assassiné.

29 mai 1957: Kissufim: une mine tue un paysan et blesse deux autres civils.

21 décembre 1957: Gadot: 1 paysan tué.

1958

11 février 1958: Sharon: 1 tué par une attaque.

5 avril 1958 :Tel Lakhish: embuscade et 2 morts dans la fusillades.

22 avril 1958: Aqaba: les soldats jordaniens tuent deux civils.

26 mai 1958: Jerusalem: 4 officiers de polices tués par les soldats jordaniens au Mont Scopus.

17 novembre 1958: Couvent Italien du Mont de Béatitudes: la femme d’un diplomate britannique assassinées.

3 décembre 1958: Gonen: fusillade causant la mort d’un civil et en blessant 31 autres.

1959

23 janvier 1959: Lehavot Habashan: 1 paysan tué.

1 février 1959: moshav Zavdiel: une mine tue un paysan.

15 avril 1959: Ramat Rakhel: un membre du kibboutz tué.

27 avril 1959: Massada: 2 touristes tués.

6 septembre 1959: Nitzana: un soldat tué lors d’une attaque.

8 septembre 1959: Neguev: attaque de fedayin: 1 soldat tué.

3 octobre 1959: Yad Hana: un paysan tué.

1960

26 avril 1960: Ashqelon: attaque causant la mort d’un civil.

1962

12 avril 1962: embuscade entre Eged et Eilat: 1 blessé.

1963

25 mai 1965 Ramat Hakovash: attaque de fedayin faisant 3 victimes .

31 mai 1965: Jerusalem: 2 victimes et 4 blessés dans une fusillade.

16 juin 1963: Almagor: 2 soldats de nahal tués par des soldats syriens infiltrés.

29 septembre 1965: Amatzia: tentative d’attaque contre le village, le terroriste est tué.

1966

25 avril 1966: Beit Yosef: 2 blessés graves dans le plastiquage des maisons de ces villageois.

16 mai 1966: Almagor: une mine expolse au passage de deux civils: 2 morts.

13 juillet 1966: Almagor: 3 morts dont 2 soldats dans l’explosion d’une mine.

27 octobre 1966: Jerusalem: 1 blessé par bombe.

1968

18 mars 1968: attentat à la mine contre un car scolaire dans le neguev: 2 enfants tués, 28 blessés.

21 mars 1968: opération contre la base fedayin de Karamé, soutenue par l’armée jordanienne.

4 septembre 1968: Tel Aviv: Attentats à la bombe à un arrêt de bus: 1 mort et 71 blessés.

13 septembre 1968: Baniyas: Attaque contre un office de police: 5 morts;

19 septembre 1968: Jourdain: embuscade des fedayin contre les soldats: 1 mort et 4 blessés.

22 novembre 1968: marsché de Mahane Yehudah: Attentat à la bombe 12 morts et 52 blessés.

1969

21 février 1969: Jerusalem: attaque à l’explosif contre un marché: 2 victimes et 20 blessés.

6 mars 1969: Jerusalem: 29 étudiants blessés par l’explosion d’une bombe à la cafétéria de l’ Université Hébraïque.

17 juin 1969: Kallia: 1 américain tué.

7 août 1969: El Hamma: explosion d’un bus transportant des soldats: 2 morts (dont un soldat) et 12 blessés.

22 octobre 1969: Haifa: explosion d’une bombe dans deux appartements: 4 morts et 20 blessés.

27 decembre 1969: Hebron: 1 américain tué dans une attaque contre un bus.

1970

1 janvier 1970: Jerusalem: attaque à la grenade contre un marché: 1 arabe israélien tué et 5 blessés.

1 janvier 1970: Hebron: 2 arabes tués par l’explosion d’une grenade jetée contre un véhicule israélien.

23 février 1970: Halhoul: fusillade contre un bus: 1 américain tué et 2 autres blessés.

20 mai 1970: Tel Aviv: attaque au lance roquette contre un car scolaire: 12 morts et 19 blessés.

6 novembre 1970: Tel Aviv: explosion à un arrêt de bus de deux bombes tuant 2 civils et en blessant 34 autres.

1971

7 juillet 1971: Tel Aviv: attaque à la roquette faisant 4 victimes et 30 blessés.

16 septembre 1971: Jerusalem: attaque à la grenade: 1 enfant tué et 6 blessés.

1972

16 janvier 1972: près de Gaza: 1 américain tué, on compte aussi 3 israéliens blessés.

8 mai 1972: Aéroport Ben Gourion: détournement d’un avion de la Sabena: 1 passager, 4 soldats et les 4 preneurs d’otage tués.

30 mai 1972: Aéroport Ben Gourion: attaque terroriste à la grenade et fusillade faisant 26 victimes dont 20 touristes portoricains, et 75 blessés.

20 juin 1972 : Golan: attaque à la roquette faisant 2 morts et 3 blessés.

11 juillet 1972: Tel Aviv: 9 blessés par une attaque à la grenade.

20 septembre 1972: Jerusalem: un facteur blessé par une lettre piégée destinée à Shimon Peres.

29 septembre 1972: Jerusalem: 3 blessés par une bombe dans un supermarché.

4 decembre 1973: Jerusalem: 18 blessés lors du mitraillage d’un marché.

1974

11 avril 1974: Qyriat Shmona: 8 enfants et 10 autres civils tués, 16 blessés dans une attaque par 3 terroristes contre un quartier résidentiel.

15 mai 1974: Ma’alot: 27 victimes dont 20 enfants et 134 blessés dans une prise d’otage de 90 enfants.

15 mai 74 maalot massacre

13 juin 1974 : Shamir: infiltration de 4 terroristes provoquant une fusillade tuant 3 israéliens.

24 juin 1974: Nahariya: prise d’otage dans un appartement se soldant par 4 victimes et 8 blessés.

26 juin 1974 : Nahariya: fusillade provoquant la mort de 3 civils.

18 novembre 1974: Beit She’an: nouvelle prise d’otage dans un immeuble faisant 4 victimes et 23 blessés.

30 novembre 1974: Rihaniya: infiltration coûtant la vie à 1 israélien arabe et blessant 1 autre israélien arabe.

6 decembre 1974: Rosh Hanikra: 2 blessés dans un raid terroriste.

11 decembre 1974: Tel Aviv: 1 victime et 66 blessés lors d’une explosion dans un cinéma à Tel Aviv.

20 decembre 1974: Jerusalem: 13 blessés lors de l’explosion d’une bombe dans une rue fréquentée.

22 decembre 1974: Jerusalem: attaque à la grenade contre un bus faisant 2 blessés, un enfant et un arabe.

1975

2 février 1975: Jerusalem: explosion d’une bombe au passage d’un bus: 2 blessés.

8 février 1975: Ashdod: explosion d’une bombe dans une rue détruisant plusieurs magasins sans faire de blessés.

8 février 1975: elArish: explosion d’une bombe: 1 enfant arabe tué, 3 enfants israéliens blessés.

6 mars 1975: Tel Aviv: 11 victimes et 12 blessés dans une attaque par bateau sur la plage de Tel Aviv, avant la prise d’otage d’un hotel.

28 mars 1975: Jerusalem: 13 blessés dans l’explosion d’une bombe au passage d’un bus pendant Pessah.

4 mai 1975: Jerusalem: explosion d’un appartement faisant 1 victime et 3 blessés.

11 mai 1975: près de Jerusalem: 2 blessés dûs au déraillement d’un train.

17 mai 1975: ein Fashha: 20 blessés par l’explosion d’une bombe sur une aire d’autoroute.

5 juin 1975: Qyriat Shmona: attaque à la roquette faisant 3 blessés.

8 juin 1975: Beit Lid: attaque à la grenade ne provoquant que la mort des terroristes.

15 juin 1975: Nahariya: 3 roquettes tuent 3 civils et en blessent 5 autres.

15 juin 1975: Kfar Yuval: prise d’otage d’une ferme: 1 otage tué et 6 blessés.

4 juillet 1975: Jerusalem: parc de Sion: attentat à la bombe faisant 13 morts (dont deux enfants) et 72 blessés.

3 octobre 1975: Tel Aviv: 2 blessés par l’explosion d’une bombe.

27 octobre 1975: Jerusalem: explosion d’une bombe provoquant 8 blessés dont 2 suisses et 2 arabes.

13 novembre 1975: Explosion d’une bombe devant un glacier tuant 6 enfants et en blessant 42 civils.

20 novembre 1975: Ramat Hamagshimim: 3 morts et un blessé lors d’une attaque terroriste contre une école.

21 novembre 1975: Ramat Hamagshimim: un américain tué lors d’une attaque.

23 novembre 1975: Shufat: 1 soldat tué par l’explosion d’une bombe.

1976

9 janvier 1976: Jerusalem: 8 blessés dans l’explosion d’une bombe dans un supermarché.

28 mai 1976: Jerusalem: 2 policiers et 4 civils tués dans les désamorçage d’une bombe.

3 mai 1976: Jerusalem: près du kotel haMaaravi: une bombe sur un scooter explose à proximité du Kotel haMaaravi tuant 1 israélien et en blessant 29 autres.

11 mai 1976: Tel Aviv: explosion dans un cinéma: 3 blessés.

25 mai 1976: Aéroport Ben Gourion: explosion d’une valise provoquant la mort d’un garde frontière.

18 juillet 1976: Tel Aviv: explosion d’une bombe dans un bus de la banlieue de Tal Aviv: 8 blessés israéliens et 3 blessés palestiniens.

30 juillet 1976: Jerusalem: 2 français tués par l’explosion d’une bombe.

8 août 1976: Hebron: 3 blessés dans une attaque contre un bus.

4 decembre 1976: trois palestiniens tués par l’explosion prématurée d’une bombe en préparation.

1977

24 avril 1977: Hebron: explosion d’un bus: 28 blessés.

28 mai 1977: Jerusalem: 5 blessés dans une attaque à la bombe contre un bus.

6 juillet 1977: Tel Aviv: Petah Tiqva: explosion d’une bome au marché tué un civil et en blessant22.

20 juillet 1977 (1200): Nahariya: 5 blessés dans l’explosion d’une bombe dans un supermarché.

28 juillet 1977: Jerusalem: 2 blessés dans l’explosion d’une bombe dans un cinéma.

28 juillet 1977: Tel Aviv: 8 blessés lors de l’explosion d’une bombe sur un marché.

29 juillet 1977: Beersheba: une bombe explose dans un marché: 29 blessés.

16 août 1977: Afula: 9 blessés dans une explosion dans un bus.

25 août 1977: Netanya: 2 enfants et un adulte blessés par l’explosion d’une bombe dans la rue.

11 septembre 1977 Beersheba: à un arrêt de bus, explosion faisant plus de 10 victimes.

23 septembre 1977: Qyriat Shmona: 2 blessés par l’explosion de roquettes.

2 octobre 1977: Jerusalem: 3 blessés lors de l’explosion d’une bombe à un arrêt de bus.

15 octobre 1977: Jerusalem: 2 blessés lors d’une attaque similaire;

4 novembre 1977: Jerusalem: 3 blessés lors du retrait d’une bombe cachée dans un bus.

6 novembre 1977: Nahariya: 4 blessés lors d’une attaque à la roquette.

3 decembre 1977: Jerusalem: explosion d’une bombe dans un marché, 6 blessés.

12 decembre 1977: Beersheba: attaque à la grenade 25 blessés.

28 decembre 1977: Tel Aviv: explosion provoquant la mort de 2 civils et en blessant 2 autres.

▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪

6 réflexions sur “Le terrorisme anti-israélien: persistance et continuités (1)

    1. jusqu’à Oslo pour le moment, soit de 79 à 93… (je pense le publier demain). La liste s’allonge de façon dramatique à partir de 94 et surtout 2001, 2002…
      (..אני מדבר קצת עברית )

  1. Il y a, je crois, d’autres légitimités, tant juives qu’israéliennes, que celle de la défense de soi.
    Si les soldats de Tsahal se sont battus, et avant eux toutes ces générations de pionniers, si la société israélienne a mis tant de courage à vivre, ce n’est pas pour que ses enfants aujourd’hui pensent uniquement en termes de victimes qui se défendent. Le sionisme, de toutes ses forces, s’est employé à ce dépassement (et le terrorisme, de toutes ses forces, s’emploient à faire des juifs des victimes, réduites à leur état de victimes, ne pensant pas en dehors de cette position, c’est à dire hors de toute souveraineté).

    J’entends par là qu’il ne faut pas renoncer, ici, à penser, et par exemple tenter de comprendre ce qui dans ce terrorisme tient du conflit armé, et ce qui tient d’une autre nature, que par difficulté à la penser peut-être, j’appellerai le Mal.

  2. Découvrant au hasard d’une recherche votre blog et ce macabre décompte des horreurs du terrorisme qui permet l’entretien de la mémoire et de la haine, je vous laisse méditer le texte d’une chronique datée du 20 mai 1970 de Xavier Grall qui m’a amené ici en quête de sens :

    « Quel printemps ! Des rafales de Sibérie dans les fleurs à peine écloses. Des Mékongs de cadavres dans l’Asie déchirée. Et dans la patrie du Christ, les flaques de sang sur les chemins qu’il foula…
    C’est toujours au printemps que les soldats se mettent en marche, comme s’il eût été écrit que l’éclat du soleil dût être terni au moment de sa gloire.
    Quant à moi, mon coeur eut froid comme les rues en ce début de mai. Froid, de solitude. Froid, par les mensonges subis. Froid, par la gêne et pauvreté. »

    Je vous renvoie dos à dos avec les « hasbaras » de l’autre camp qui font d’autres décomptes macabres (pas les mêmes bien sûr) :
    http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2006/8/9/doss2.htm

    et vous souhaite bien du plaisir…

    Bien cordialement.

    1. Du plaisir, certes non, à rappeler, hélas, à quel point la « propagande » pro-palestinienne continue par tous les moyens son exercice de criminalisation en invoquant des faux massacres (Jénine – je vous renvoie au film de Pierre Rehov, Cana,…), aux responsabilités non israéliennes (Sabra…), ou tout simplement à une recontextualisation nécessaire (Deir Yassin répond aux attaques des fedayin, Qibya en 1953 répond aux « infiltrations », euphémisme pour les assassinats de civils par des combattants arabes depuis l’Egypte ou la Jordanie).
      Je ne justifie pas, je cherche à rappeler que les attentats palestiniens ne sont pas le produit d’une « occupation » comme les médias veulent le présenter, mais d’une idéologie qui dénie à des dhimmi, en l’occurence des Juifs, de se gouverner eux-mêmes : ce blasphème qui met en péril le dogme de la supériorité islamique (il suffit de constater que les minorités chrétiennes qui formaient 25% de la population en 1900 ne sont plus guère que 6-7%) et que les réfugiés chaldéens, coptes,… sans parler des Bahais, n’ont pas à leur disposition une agence de l’ONU spécialement dédiée…).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s