La barrière de sécurité et la Cour Internationale de Justice

En quoi l’avis de la Cour Internationale de Justice

s’est-il avéré contraire aux droits de l’homme ?

À l’occasion de la consultation par les antisionistes, les pays arabes et ennemis d’Israel, de la CIJ concernant la clôture de sécurité, la CIJ a adopté quatre règles d’interprétation de l’autodéfense.

  1. Il n’y a aucun droit à l’autodéfense dès lors que les terroristes n’agissent pas au nom d’un État.

  2. Il n’y a pas droit à l’autodéfense contre des terroristes opérant à partir d’un territoire dont le statut n’est pas défini, donc sans franchissement de frontières établies.

  3. L’action militaire d’autodéfense ne peut avoir lieu que si les attaques teroristes sont équivalentes à une attaque réalisée par des forces armées régulières.

  4. L’autodéfense n’inclut pas les actes non violents.


14/01/07. Les "activistes" du Hamas contrôle le quartier général de la sécurité du Fath à Gazza.
14/01/07. Les "activistes" du Hamas contrôlent le quartier général de la sécurité du Fatah à Gaza.

Lire la Suite

Publicités

Israel: le droit à l’auto-défense et la menace terroriste.

Certains moralistes soutiennent que les risques encourus par Israel rendent l’usage de la force militaire disproportionnée (variante: face aux chars israéliens, les enfants armés de pierre). Ce qui est tout simplement tendancieux (→ voir)

D’autres ne s’embarassent pas de considérations pseudo-morales et déclarent sans ambages que les menaces contre l’existence même d’Israel sont imaginaires. La preuve du contraire :

Lire la Suite