Netanyahu, l’histoire et le Mufti, ou comment clôre un débat sur le criminel mufti

Himmler et al Husseini

Les récentes déclarations du premier ministre israélien Benyamin Netanyahu ont eu le mérite de montrer qu’il importait plus, aux yeux d’une certaine intelligentsia, de laver le mouvement nationaliste-religieux palestinien de tout soupçon pro-nazi, plutôt que de faire preuve, avec constance et déontologie de rigueur en matière historique.

L’hystérie médiatique suite aux propos de Benyamin Netanyahu aurait dû en réalité porter sur l’islamisation du Tombeau de Rachel en mosquée « Bilal ibn Rabah », premier muezzin et enterré à… Damas.

Qui plus est, Abu Mazen, négationniste notoire qui n’a jamais renié les « thèses » abjectes, conspirationnistes et délirantes de son « doctorat » est reçu à Paris comme « président de la Palestine » alors qu’il siège, non-élu, par simple complaisance occidentale pour maintenir la fiction du partenaire pour la paix. Mais passons. Il faudrait des dizaines de pages pour rappeler toutes les contre-vérités diffusées par les médias sous couvert d’histoire.

Revenons aux propos de Benyamin Netanyahu. Il souhaite rappeler que le mufti de Jerusalem a eu un rôle instrumental dans le passage à la solution finale. Selon lui, Hitler voulait expulser les Juifs, le Mufti lui a fait changer d’avis en choisissant la crémation. Netanyahu n’est pas historien. Pas plus qu’Obama lorsque ce dernier parlait de la contribution musulmane « historique » à l’histoire américaine. S’agit-il d’un révisionnisme pratiqué par le premier ministre d’Israel à des fins politiques ? Ou, au contraire, doit-on y voir une certaine audace à rappeler l’origine de la violence meurtrière qui frappe Israel ?

Lire la Suite

Publicités

A l’école de la haine: médias, islam et judéophobie..

Cet article vient en complément de la série portant sur les origines de l’antisionisme., et en particulier la judéophobie musulmane (lire ici)

Apologie du meurtre des Juifs, haine ethnique et religieuse, mensonges, grossières approximations historiques, calomnies, théologisation de l’histoire, négationnisme, appel au meurtre et au génocide, réécriture de l’histoire, contre-vérités et last but not least indistinction entre judaïsme et sionisme (bien loin  de la phraséologie antisioniste…), que les « antisionistes » voudrait nous vendre pour des rêveries humanitaires de quelques érudits modérés qui se revendiquent comme détenteur du message islamique (Qur’an, Hadith…)…

Si les Juifs quittent la Palestine pour nous, est-ce que nous commencerons à les aimer ? Bien sûr que non. Jamais nous les aimerons. Absolument jamais. Les Juifs sont des infidèles, pas parce que je le dis, pas parce qu’ils tuent des Musulmans, mais parce que Allah a dit: « Les juifs disent qu’Uzair est le fils d’Allah, et les Chrétiens disent que le Christ est le fils d’Allah. » Ce sont leurs propres mots. Ils imitent les dires des mécréants avant eux. Qu’Allah les combatte. A quel point ils sont dans l’erreur. C’est Allah qui dit qu’ils sont infidèles.

Votre croyance, concernant les Juifs, devrait être basée, en premier, sur le fait qu’ils sont infidèles, et en second qu’ils sont des ennemis. Ils ne sont pas des ennemis parce qu’ils occupent la Palestine. Ils auraient quand même été nos ennemis s’ils n’avaient rien occupé. Allah a dit: « Vous trouverez les hommes les plus forts pour être hostiles aux incroyants, qui sont les Juifs et les polythéistes. » En troisième lieu, il faut croire que les Juifs ne cesseront jamais de nous combattre et de nous tuer. Ils ne se battent pas pour la terre ou la sécurité, comme ils l’affirment, mais pour leur religion: « Ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à ce qu’ils vous éloignent de la religio, s’ils y parviennent. » C’est exactement cela. Nous devons croire que notre combat contre les Juifs est éternel. Et il ne cessera pas avant l’ultime bataille, et c’est le quatrième point, nous devons croire que nous les combattrons, les vaincront et les annihileront tant qu’un seul Juif vivra sur terre. Ce n’est pas moi qui le dit, le Prophète a dit: « Le Jugement Dernier ne viendra tant que vous n’avez combattu et tué les Juifs. Les Juifs se  cacheront derrière les rochers et les arbres et les rochers et les arbers diront: O Musulman serviteur d’Allah, il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens le tuer, à l’exception de l’arbre de Ghardaq qui est l’arbre des Juifs. » On m’a dit que de nos jours ils plantent beaucoup de ces arbres.

En ce qui vous concerne, vous les Juifs -que la malédiction d’Allah soit sur vous-, la malédiction d’ Allah sur vous, dont les ancêtres sont des singes et des porcs, vous avez instillé la haine dans nos coeurs, et nous l’avons léguée à nos enfants et à nos petit-enfants, vous ne survivrez pas tant qu’un seul d’entre nous demeure. O Juifs, que la malédiction d’Allah soit sur vous, O Allah, que ta colère, ta punition et tes tourments s’abattent sur eux, Allah, nous prions pour qu’ils soient transformés à nouveau et que les Musulmans se réjouissent à nouveau de les voir transformés en singes et en porcs. Vous êtes les porcs de la terre. Vous tuez les Musulmans avec ce sang froid de porc [qui coule dans vos veines] .

Lire la Suite

Aux origines de l’antisionisme III- troisième partie

Aux origines de l’antisionisme III

L’antisémitisme musulman – troisième partie


La haine en héritage.

→ La haine antijuive prend dans le monde musulman trois formes : politique, économique et religieuse.

L’antisémitisme politique est superficielle, c’est l’opposition à l’État d’Israël ou au sionisme, c’est-à-dire à la reconnaissance politique de droits civiques à des minorités, associée à la théorie du complot. Cela signifie que le rapport de domination se serait inversé en défaveur du monde musulman et serait illustré dans l’idée que le conflit est mondial. C’est cette dimension que les antisionistes européens veulent retenir (évidemment, ils ne comprennent rien du monde musulman en général, et encore moins des palestiniens…). Elle ne se comprend qu’en référence à la sharya et au statut de dhimmi.

Faire appel aux autorités du savoir pour éduquer le peuple: l'archéologue Zahi Hawass déclare à la TV égyptienne que les juifs contrôle le monde. 11 février 2009
Faire appel aux autorités du savoir pour éduquer le peuple: l'archéologue Zahi Hawass déclare à la TV égyptienne que les Juifs contrôlent le monde. 11 février 2009

Lire la Suite

Aux origines de l’antisionisme III- deuxième partie

Aux origines de l’antisionisme III

L’antisémitisme musulman- deuxième partie

Israel et le monde musulman

L’antijudaïsme, l’antisionisme et l’anti-israélisme adoptent la même phraséologie. Il est vrai que les dirigeants arabes adaptent généralement leurs déclarations à l’horizon d’attente de l’Occident : défense des droits humains et défense des insurrections contre les États, quitte à renoncer en partie ou à toute notion de droits humains…

Que Ahmadinejad passe pour populaire dans le monde arabe n’a rien d’étonnant : il n’est pas le premier, en encore moins le dernier, à faire du projet de destruction de l’État des Juifs un impératif patriotique, religieux et anti-occidental.

theorie-complot_hizbullah-nasrallah_58421

Le 15 mai 1948, Azzam Pacha, Secrétaire général de la Ligue Arabe dit, au Caire à propos de l’invasion de la Palestine mandataire par les armées arabes coalisées :

« Cette guerre sera une guerre d’extermination et un massacre grandiose dont on parlera comme des massacres commis par les Mongols et les Croisés. ».

Lire la Suite

Aux origines de l’antisionisme III- première partie

Aux origines de l’antisionisme. III

L’antisémitisme musulman – première partie

Un mauvais jeu de mots.

Un des lieux communs de l’antisémitisme arabe consiste à dire qu’un arabe étant « sémite », il ne peut se haïr lui-même. Et puis, il prétend que l’antisémitisme serait uniquement européen… Raisonnement fallacieux qui a pour finalité de dédouaner le monde musulman de sa complaisance dans la plus violente judéophobie! Plus précisément, que signifie cette assertion, utilisée par Dalil Boubakeur récemment ?

Lire la Suite