Reprise des publications

Bonjour, Shalom,

Des publications plus anciennes diffusées sur d’autres sites, ainsi que d’autres, plus récentes, vont être mises à disposition des lecteurs sur ce blog.

En espérant que ces modestes analyses offriront quelques clés de compréhension d’une actualité étouffée par le trop plein médiatique-idéologique, et ouvriront aussi des discussions qui sont toujours les bienvenues.

Deux petites images faisant écho à l’actualité: la funeste coopération irano-coréenne montre l’échec plus qu’inquiétant de l’illusoire détente régionale imposée par le Potus, et le visage de la haine, payée au nom d’une fallacieuse et grotesque « défense d’al-Aqsa », reflet des agressions systématiques des Musulmans de Jerusalem envers les Juifs. (Lien vidéo de la réaction hystérique et scandaleuse suite au souhait d’un Juif de boire un peu d’eau d’une fontaine publique sur ladite « esplanade des mosquées » plus bas)

La prolifération nucléaire et la menace du chaos
La prolifération nucléaire et la menace du chaos

 

La partition de Jerusalem voulue par l'Europe et le visage de la haine anti-juive envers un Juif buvant de l'eau sur le mont du Temple. Oui, les Juifs sont interdits de boire l'eau des fontaines publiques sur un lieu dit "3e lieu saint de la religion de paix et de tolérance". CQFD
La partition de Jerusalem voulue par l’Europe et le visage de la haine anti-juive envers un Juif buvant de l’eau sur le mont du Temple. Oui, les Juifs sont interdits de boire l’eau des fontaines publiques sur un lieu dit « 3e lieu saint de la religion de paix et de tolérance ». CQFD

Bonne lecture.

Une terre et des hommes : Israel – Pays pionnier /3

UNE TERRE ET DES HOMMES

ISRAEL – PAYS PIONNIER

DE JERUSALEM A SAFED-3

___________


La Terre d’Isra’el a été laissée à l’abandon jusqu’au retour des Juifs, à la faveur de l’époque moderne.

Courants religieux achkénazes, yéménites ou sépharades vont associer leurs aspirations communautaires avec les pionniers venant du monde ashkénaze et restaurer des villages, à partir de la seule mémoire et de la tradition, sans d’autre appui ponctuel que celui de philanthropes.

Ces terres ont été défrichées.

Chaque pierre de ces champs a été déplacée à la main.

Chaque parcelle a été rendue fertile par un labeur incessant et harassant.

Il est difficile de s’imaginer, aujourd’hui, la vie en quasi-autarcie, rude et ingrate, éreintante et magnifique, pour cette oeuvre laissée aux générations à venir.

* * * * *

La renaissance juive est, à partir du 18e siècle, intellectuelle et religieuse.

Sur les ruines des errements de Shabbtaï Tsvi, le monde juif s’est progressivement reconstruit autour de la langue hébraïque (avec les premières revues publiées dès le milieu du 18e siècle, avant de connaître un essor fulgurant au 19e) , jusqu’à l’accomplissement dû à l’oeuvre exemplaire et passionnée de Eliezer ben Yehuda.

Une renaissance autour de la mémoire, avec une progressive prise de conscience de l’historicité de la vie juive (entamée par l’école de la Science du judaïsme à partir de 1822), jusqu’à la restauration politique sioniste, dont l’Etat d’Israel est l’incarnation.

Restauration culturelle et politique qui ne s’est pas faite sans difficulté, que ce soit avec les illusions de l’assimilation, ce renoncement identitaire qui, de façon tragique, n’a épargné aucune famille d’ascendance juive (car, selon les nazis, la judéité représente un facteur racial et non culturel).

Le monstre hideux de l’antisémitisme a trouvé, et trouve encore aujourd’hui de nouveaux prétextes, et son incessante résurgence est un appel à l’humanité toute entière à ne pas verser dans la barabarie, le non-sens, l’arbitraire et la déchéance.

La vie en Israel, dans cette terre chargée d’espoir s’est jouée aussi la restauration symbolique de toutes les émancipations, et restauration affirmée contre les négationnismes et contre l’oubli.

Une terre abandonnée qui, grâce à la détermination de ces femmes et de ces hommes, a retrouvé sa luminosité et son calme verdoyant, une conquête de tous les instants contre les destructions et les haines.

Et aujourd’hui, Tisha beAv, c’est à cette restauration que ce parcours dans erets yisra’el, entre le 19e et le 20e, voudrait rendre hommage.

Lire la Suite

Une terre et des hommes : Israel pays pionnier -2

UNE TERRE ET DES HOMMES : ISRAEL – PAYS PIONNIER

DE TEL AVIV A JERUSALEM

_____

Parler d’occupation concernant la présence juive en Israel c’est de toute évidence une erreur historique, et un parti-pris idéologique marqué par la cécité et le mensonge.

Mais cela représente aussi une véritable injustice à l’égard de toutes celles et tous ceux qui ont accompli ce labeur harassant de défrichement et de construction. Parce quà leur arrivée, les pionniers n’ont trouvé qu’une terre aride, misérable, peuplée de quelques bourgades, et de bédouins itinérants à la recherche des sources et des maigres pâturages. Les yichouvim y demeurait dans des conditions précaires, tant à Jerusalem où ils étaient majoritaires qu’à Safed ou dans des petits villages de Samarie ou de Galilée.

Le pays tel que nous le connaissons aujourd’hui, accueillant, verdoyant, reboisé, avec ses villes et ses routes, a été  bâti de main d’homme, dans des conditions rudes, dans l’insécurité, mais avec une exemplaire détermination et une rare espérance.

Continuons notre découverte de cet esprit pionnier !

Lire la Suite

Les racines du sionisme : 2-sionisme et judaisme

2- Les précurseurs du sionisme :

l’ancrage du sionisme dans la tradition juive.

Si je ne suis pas pour moi, qui le sera ? Et quand je suis pour moi seul, que suis-je ? Et si ce n’est pas maintenant, quand ce sera-t-il ? Pirke Avot, 1,14.

Certains croient que le sionisme est le l’œuvre d’un seul homme, Theodor Herzl, auteur de l’Etat pour les Juifs (der Judenstaat). D’autres disent également que le sionisme n’aurait rien à voir avec la religion juive, croyant dissimuler ainsi leur haine des Juifs.

Qu’en est-il réellement ? Le sionisme est-il une invention moderne ? Est-il vraiment concevable sans ses racines juives ?

Lire la Suite